Rencontre avec CHAMACO (Interview Exclusive)

Dans le cadre des «Jeudis du Cercle» organisés par le Cercle Taurin Nîmois le maestro Antonio Borrero Chamaco était invité le temps d’une soirée au Moulin Gazay à Nimes le vendredi 8 février pour une conférence. 

L’élu à la tauromachie Frédéric Pastor ,ami intime du torero, et aficionado practico également profita de sa venue pour organiser en partenariat avec l’AFAP un week-end de campo. Le Dimanche,accompagné de quelques practicos et amis, Hervé Galtier président de l’association se sont retrouvés avec le maestro «Chamaco» et Frédéric Pastor chez Bernard Taurelle éleveur de toros à Saint Just. Au programme deux vaches de l’élevage qui sont sorties excellentes de noblesse et de bravoure. La première fut toréée par Chamaco avec une aisance et facilité impressionnante. La seconde par Hervé Galtier qui démontra aussi technique et connaissance. Fréderic Pastor très à l’aise sur la première vache après Chamaco, les practicos Yannick et Steve en second après Hervé. Une matinée très sympathique basée sur la convivialité et le respect mutuel .

Il y a 1 an, après plus de 20 ans d’absence, tu décides de réapparaître à la Feria d’Arles. Au-delà d’un toréo classique et basé sur un courage d’aptitude baroque, comment as-tu vécu cet après-midi ?

Chamaco : Très belle et très spéciale, comme un évènement de mon histoire personnelle. Après 20 ans et seulement 10 taureaux en privé, une corrida dans une arène telle Arles, c’est un Everest à franchir. Même conscient de ce que je peux donner, je sais que je n’ai pas réussi à être à 100% ; pourtant compte tenu du peu de préparation, cela a été pour moi un véritable triomphe. Les vrais afficionados qui comprennent la tauromachie savent combien cela a été difficile.

Après cette corrida, ta vision de la tauromachie a-t-elle changé ?

Chamaco : oui.  Notamment le concept et l’expérience de réflexion de toutes ces années.  J’ai pu mieux comprendre ce concept de toréer doucement, cette magie de toréer avec du temple. Mais comme vous le savez, je n’ai eu que 6 mois pour me préparer donc peu de temps pour peaufiner mon toreo à 100 %.

Aujourd’hui tu vis au campo. Pouvons-nous espérer te voir dans un acte public en relation avec la tauromachie ?

Chamaco : je ne sais pas, peut-être en tant qu’aficionado. Je suis toujours disposé à venir en France lors d’invitations comme celle-ci.

La tauromachie nécessite qu’on l’aide, elle a besoin également d’apporter une réponse aux attaques des animalistes, des végans et autres.  C’est une réelle folie ce que l’on est en train de vivre contre notre liberté ; si la corrida disparaissait, cela me ferait beaucoup de peine, mais je préférerais qu’elle disparaisse par manque d’intérêt, plutôt que par une abolition ou une interdiction. Les êtres humains sont libres, ils n’ont ni à être régulés, ni victimes d’interdits.

Ton père et toi avez été 2 toreros, 2 grandes personnalités. On dirait aujourd’hui que le concept du toreo est en manque de personnalité et d’originalité qu’en penses-tu ?

Chamaco : ça ou tu l’as ou tu ne l’as pas, c’est-à-dire que tu es capable de transmettre tes sentiments au public ou bien tu n’en es pas capable. Sans  critiquer personne,  je peux dire que dans ma famille, nous ne sommes peut-être pas les plus parfaits en tauromachie ; mais il nous importe surtout de transmettre, et les spectateurs attendent cette transmission. En même temps, on ne ressent pas si on ne transmet pas.

Les écoles taurines prédominent dans la formation des toreros, ce qui pour eux, a pour conséquence un manque de personnalité. Que peut-on faire pour remédier à cela ?

Chamaco : il est possible qu’il y ait une tendance à penser cela, et je pourrais presque être d’accord. Mais n’oublions pas la personnalité ne peut pas s’apprendre, l’école te donne une norme basique, ensuite si tu n’as pas de personnalité, personne ne t’apprendra à en avoir une.

De nos jours la tauromachie est très attaquée, comment vois-tu le devenir de la tauromachie ?

Chamaco : de mon point de vue la politique ne doit pas tout réguler et notre liberté de décision en tant que taurins nous rend heureux et épanouis. La tauromachie ne devrait pas se voir attaquée puisqu’elle nous permet de vivre ce que l’on aime.  Les peuples doivent être libres, les gens doivent être libres, et la disparition d’un acte tel que la tauromachie doit venir d’un manque d’intérêt et non pas par une régulation ou une interdiction ; c’est ce que je pense.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :